Les taux de l’immobilier devraient continuer à grimper en 2018

Avec les taux immobiliers, peut-on parler de calme avant la tempête ? En effet, une hausse se profile à l'horizon pour 2018. Les consommateurs empruntent aujourd'hui autour de 1,3 % sur 10 ans, 1,6 % sur 15 ans et 1,8 % sur 20 ans. Des taux qui restent très attractifs pour l'instant. 

Le taux d'emprunt s'apprête à évoluer en 2018

C'est plutôt une bonne nouvelle pour tous ceux qui ont un projet immobilier en tête. Actuellement, de nombreuses banques ont déjà atteint leurs objectifs. Les primo-accédants restent un profil recherché par les banques. À partir de janvier 2018, la possibilité de résilier annuellement l'assurance emprunteur sera étendue à tous les crédits en cours. Le risque pour les banques sera alors de voir un certain nombre de leurs clients changer de contrat. C'est pour ces différentes raisons qu'une évolution du taux immobilier est envisagée.

L'augmentation des taux va-t-elle entraîner une baisse du marché ?

2017 a été un excellent millésime pour l'immobilier. Pour les constructeurs de maison individuelle, le cap pourrait être franchi avec plus de 140.000 ventes. C'est un contexte encore favorable pour un crédit, mais pour combien de temps ? L'année 2018 est entachée d'incertitudes. L'environnement économique, l'évolution des taux d'intérêt, la hausse des prix des logements sont les principaux responsables. Si les pourcentages restent stables, nous pourrions assister à ce que l'on nomme un « boom immobilier« .

Pour 2018, la hausse des prix pourrait s'accentuer

Quels vont être les futurs scénarios ? Les conditions restent toujours favorables pour les emprunteurs, ce sera peut-être encore le cas pour le début de l'année prochaine, mais rien n'est vraiment certain. Les taux d'intérêt  sont établis par la banque en fonction de plusieurs paramètres, mais dans certains cas, cela peut être réglementé. Le taux du PEL ou les conditions du PTZ (prêt à taux zéro) sont fixés par l'état. Les taux bas actuels favorisent l'emprunt avec des revenus moins élevés qu'il y a quelques années. Le contexte pourrait être moins favorable en 2018 avec le recentrage du prêt à taux zéro, la suppression des APL… Les aides destinées aux futurs acheteurs se réduisent nettement.